Réunions à distance entre les représentants du personnel et les directions d’entreprises : ce que la Covid-19 a changé

PUBLICATION.

Suite au confinement, l’association Réalités du dialogue social a réalisé une série d’entretiens auprès des partenaires sociaux afin de récolter de nouveaux retours d’expériences sur la marche forcée de la digitalisation du dialogue social. Fin juin, elle a lancé un appel à témoignages auprès de ses membres et sur Linkedin. Plusieurs DRH, DRS et représentants du personnel ont accepté de témoigner spontanément et anonymement. 24 interviews ont été réalisées à la suite de cette opération dont 10 provenant des représentants des directions et 14 émanant des représentants des salariés.

La synthèse de ces interviews montre que les partenaires sociaux souhaitent poursuivre l’utilisation du numérique dans les relations sociales à condition que celle-ci soit encadrée par un accord d’entreprise. Bien que le passage au dialogue social dématérialisé se soit fait sans difficulté majeure, notamment avec la démultiplication des canaux (visioconférence, WhatsApp…) permettant de densifier le dialogue, les parties prenantes excluent le tout digital.

En effet, les témoignages montrent l’ambivalence que peuvent présenter les outils distanciels, plus particulièrement lorsqu’il n’y a pas de vidéo. En effet, les partenaires sociaux s’accordent à dire que le digital peut permettre de gagner en efficacité lors des réunions mais soulignent également, la déstabilisation des pratiques et des rôles qu’engendre le digital et qui peut aboutir à une productivité moindre (absence du non verbal …). Les partenaires sociaux ont insisté sur le fait que la disparition du « off traditionnel » que représentaient les discussions informelles avant et après les réunions de négociations, fait défaut, bien que celles-ci soient contrebalancées par l’apparition d’un « off numérique » en marge des visioconférences. Les résultats de ce sondage ont indiqué que le travail en intersyndicale et les préparatoires de négociation sont les plus entravés dans les relations sociales digitales, qui renferment les acteurs dans “l’entre soi” et réduisent les rapports transversaux. 

Cette étude a permis de fournir un début d’éclairage sur le premier volet du guide des usages numériques dans les relations sociales que le groupe de réflexion ambitionne d’élaborer. Plusieurs composantes seront passées à la loupe : la tenue des réunions à distance entre les IRP et la direction ; l’e-consultation des salariés ; la gestion du partage d’informations dématérialisées et la documentation ; l’utilisation du numérique pour communiquer dans le cadre des relations sociales. 

👉

 Retrouvez l’intégralité de l’étude sur votre espace Adhérent



X